Développer le leadershipFeature 2

Donnez-vous la chance de faire une remise à neuf

By juillet 27, 2020août 7th, 2020No Comments

Ralentir, prendre une pause, fermer son téléphone, dormir pendant des jours

par Amélie Desrochers

Faire une remise à neuf

Ralentir, prendre une pause, fermer son téléphone, dormir pendant des jours… ça peut sembler tout aussi fantastique que terrifiant.

Mais ce n’est peut-être simplement pas pour vous. Après une mauvaise performance ou un mois complet d’arrêt forcé, les athlètes professionnels aussi peuvent perdre leurs repères et présenter des symptômes de dépression. Lorsqu’on a l’habitude de performer au plus haut niveau et que la pression tombe soudainement, les impacts psychologiques peuvent être considérables. Cette phase de décompression peut faire ressurgir des émotions qui étaient jusque là enfouies.

L’entraîneur Maxime Hénault brosse le portrait de la situation : les commanditaires, les coéquipiers et la famille se sont tous investis tant sur le plan financier que sur le plan émotionnel pour mettre en place les conditions propices à votre succès. Les attentes sont donc très élevées, et il ne fait aucun doute qu’un retour sur l’investissement est espéré. Sans surprise, la pression la plus forte provient souvent des parents. La psychologue Sandra Taddeo aime rappeler aux athlètes qu’en réalité ils ne doivent rien à quiconque. Les supporteurs et l’entourage prennent volontairement ce risque. Ils savourent eux aussi les victoires de l’athlète et doivent apprendre à gérer leurs émotions et leurs réactions lorsque ça va moins bien.

Son conseil pour les vacances d’été est le suivant : prenez un pas de recul, allégez votre horaire quotidien, sortez des sentiers battus et tentez de mieux comprendre vos propres habitudes. Des questions surgiront inévitablement, surtout dans un monde post-COVID. Est-ce que je suis toujours là où je devrais être? Est-ce que j’ai encore les papillons? Est-ce que la passion brûle encore? C’est ce que Maxime Hénault appelle un voyage au fond de l’âme. Si la réponse n’est pas un OUI retentissant, le moment est peut-être venu de corriger le tir ou de passer à autre chose.

Ce processus de décélération est le moment idéal pour un retour aux sources. Vous souvenez-vous de ce qui a allumé votre flamme à l’origine? Vous n’irez pas très loin si elle est maintenant éteinte. Y a-t-il moyen de la rallumer? Le souhaitez-vous réellement?

Et si les investisseurs, les commanditaires, les entraîneurs et la famille ne sont pas très emballés par cette nouvelle version de vous? « Et bien ils devront avaler la pilule et se pousser! », lance Sandra. « Ce sera l’occasion pour eux de se lancer dans une nouvelle aventure palpitante qui concorde davantage avec leur vision ou de s’investir dans leur propre projet et d’assumer toutes les responsabilités qui viennent avec le fait d’être dans le siège du conducteur. »

Charles Perrault se rappelle : « J’ai enregistré mon meilleur résultat à vie alors que j’étais entraîneur d’une équipe de triathlètes dans le cadre des Championnats canadiens de triathlon. » Il ne s’était pas entraîné depuis plus d’un mois, mais le directeur de la course l’a invité à y participer « juste pour le plaisir ». Reposé et détendu, Charles a excellé comme jamais et pris le 7e rang de la compétition. Une journée mémorable! 

Malgré tout, vous opterez peut-être sur une stratégie de récupération optimale pendant vos vacances. Voici quelques conseils pour y arriver, mais gardez à l’esprit qu’on ne peut pas mettre tous les athlètes et les entrepreneurs dans le même moule.

Stratégie no 1 -> L’affûtage réinventé!

Vous auriez intérêt à essayer ce que les athlètes professionnels appellent l’« affûtage », une phase de décompression qui dure quelques semaines. Ils y ont normalement recours avant une compétition d’envergure et elle vise à reposer le corps dans le but de maximiser la performance le jour J. Et si une technique similaire pouvait servir à tirer le maximum de vos vacances d’été? Les trois semaines précédant votre semaine de vacances (idéalement deux), essayez de fonctionner respectivement à 60 %, 50 %, puis 20 % de votre capacité habituelle. Ces étapes graduelles de décompression vous aideront à mieux gérer la fatigue et l’irritabilité afin que vous ne vous écrouliez pas d’épuisement le premier jour de vos vacances et profitiez pleinement de votre congé. La science ne s’est pas encore penchée sur cette question, mais une décélération progressive pourrait éviter le choc que vous infligez à votre corps quand vous passez de 90 heures de travail par semaine à 0. Un arrêt aussi soudain cause souvent un effondrement du système immunitaire qui soulève des questions dans le milieu scientifique, car ce phénomène répandu n’est pas encore très bien compris sur le plan biologique. 

« Si vous portez un poids de 200 livres sur les épaules, et qu’on le retire soudainement, vous allez vous effondrer au sol parce que votre corps n’aura pas eu le temps de s’adapter », explique Sandra.

Stratégie no 2 -> Déconnexion totale

Cette approche peut sembler radicale, mais elle est incroyablement efficace. Au cours des 24 à 72 premières heures, vous pourriez même ressentir de l’anxiété, éprouver de la culpabilité et présenter un état dépressif. Ne cédez pas à la tentation de vous reconnecter. Tenez un journal, allez marcher, regardez une série sur Netflix et relaxez autant que possible jusqu’à ce que ces sentiments s’estompent. Il peut être tentant de s’automédicamenter en se tournant vers l’alcool, mais Sandra recommande d’éviter de boire pendant cette période pour ne pas engourdir le malaise et prolonger l’agonie. Si vous aimez vous fixer l’objectif de respecter une série de plusieurs jours, c’est l’occasion rêvée! Pourquoi ne pas essayer d’ignorer votre boîte de courriels pendant sept jours? Rédigez un message du type « Je suis partie(e) à la pêche », prenez soin de rediriger les courriels vers une personne de confiance et passez à autre chose. Vous vous sentirez sûrement revigoré(e) dès le quatrième jour. Sandra recommande fortement de prendre deux semaines de vacances dans ce cas. « La première semaine, il est fort probable que vous frappiez un mur et tombiez malade (comme nous l’avons vu plus haut, les personnes très performantes ont souvent de petits pépins de santé au début de leurs vacances). La deuxième semaine, c’est le début des vraies vacances. C’est le moment de planifier des activités divertissantes, des expériences grisantes, comme un saut en parachute ou des leçons de kitesurfing, ou bien des sorties en bonne compagnie. Les vacances, c’est le moment de penser à soi! Pas de compromis, vous aurez bien d’autres occasions de faire plaisir aux autres. Vous méritez que ce congé soit mémorable, réparateur et ressourçant. »

N’oubliez pas de prendre un pas de recul et faire preuve d’introspection. Pourquoi est-ce si difficile de ne pas consulter vos courriels? Avez-vous la bonne équipe en place? Avez-vous de la difficulté à déléguer? Vos craintes sont-elles fondées? Êtes-vous coupable de faire de la microgestion? Laissez-vous l’occasion à votre équipe de se montrer à la hauteur de la situation? Votre absence pourrait même lui être bénéfique. Enfin, même si la vérité peut-être très dure à accepter, il faut vous faire à l’idée que les gens avec qui vous travaillez ne seront JAMAIS aussi performants que vous. Comme Maxime Hénault le souligne, si c’était le cas, ils ne feraient probablement pas partie de votre équipe.

« Les gens avec qui vous travaillez ne seront JAMAIS aussi performants que vous. Comme Maxime Hénault le souligne, si c’était le cas, ils ne feraient probablement pas partie de votre équipe.

Donnez-vous la chance de faire une remise à neuf et d’adopter une stratégie de vacances qui permettra à votre corps et à votre esprit de se reposer et de se ressourcer. Les entraîneurs, les psychologues et les athlètes professionnels abondent tous dans le même sens : à votre retour, vos batteries seront pleinement rechargées et vous atteindrez de nouveaux sommets.

À PROPOS DE L’AUTEUR

Amélie Desrochers

Amélie a aidé son père à scaler une entreprise en tech pendant toute sa vingtaine. Elle a appris à la dure, the old school way. Elle s’est ensuite métamorphosée en diplomate et conseillère stratégique en innovation. Toujours deux pas devant, Am retire beaucoup de plaisir à détruire les vieilles structures (tout en ayant le souci de respecter ce qui existe) et trouve toujours de nouvelles opportunités de réprendre ce qu’elle appelle ‘la contamination créative’. Geek et économiste, sa fascination pour les écosystèmes d’innovation l’ont menée à San Francisco, Toronto, Mexico, Montréal et maintenant à Grand-Métis, aux portes de la Gaspésie. Après avoir passé plus d’une décennie à perfectioner l’art de trouver l’équilibre entre la nature, le monde techno et le design, elle cultive maintenant l’innovation et plusieurs projets créatifs au coeur d’un grand jardin situé au bord du fleuve St-Laurent.

Leave a Reply